Et si on ouvrait la porte de nos rêves!

décembre

Vous avez déjà entendu ces remarques «  Faut pas rêver ! », « Tu peux croire au Père Noël ! ».

Et bien justement, cette période pré-festive est l’occasion de faire le point…

Pourquoi il n’y aurait que les enfants qui auraient le droit de rêver ? Rêver c’est se créer un imaginaire. Les enfants, par leur insouciance, ont une grande facilité à se projeter dans un monde qui leur plairait plus que tout. Pour nous les adultes, c’est une autre histoire… On bride trop souvent notre imaginaire « parce qu’on sait que ça ne se fera pas ». Bref, on s’empêche de rêver parce que le monde matériel nous rattrape.

Vous avez compris où je voulais en venir… On a le droit de rêver ! On a le droit de se projeter, grâce à notre imaginaire, dans un lieu, avec une personne, avec notre musique préférée. Ce rêve éveille des sensations, des fantasmes qui, même s’ils ne sont pas toujours réalisables, procurent un réel relâchement nerveux, intellectuel. On est dans le lâcher prise.

Et si l’on faisait la liste de nos rêves, peut-être que l’un d’entre eux se réalisera.

Jolis rêves à tous !

C kikamal ?

novembre

Il existe des phénomènes étranges dans notre corps… Démonstration…

Prenons l’exemple de l’épaule : Il peut arriver qu’on la sente fatiguée. La faiblesse est telle que nos mouvements sont limités.

Pour localiser plus précisément le problème et pour confirmer notre état de souffrance, que fait-on ? Et bien on se palpe… Et là, pas de douleur ! Sommes-nous devenus fous ?

Mais non ! Il existe des muscles dits « passifs » qui ne provoquent pas de douleurs aigues mais plutôt cette sensation de lourdeur, de fatigue.

Le travail du thérapeute manuel va consister à aller rechercher le ou les muscles responsables pour ensuite les décontracter et ainsi, faire disparaître cette lourdeur.

Et vous pourrez dire : « C ki ka pu mal » !

PS : la photo n’a aucun rapport avec le thème de ce regard… simple clin d’œil à la région de Saint Cirq lapopie

C’est son anniversaire !

octobre

Voilà déjà deux années que le chalet héberge nos discussions, nos émotions, vos douleurs et vos soulagements.

Il a été le témoin de moments de rires, de sourires: de moments vrais.

Il garde en mémoire toutes ces belles rencontres.

Pour toutes ces raisons, je nous souhaite encore de belles années ensemble.

A bientôt

Bonjour Septembre !

septembre

Oui, on aime tous (ou presque) les beaux mois d’été ensoleillés, on profite au maximum de la nature, des longues soirées en terrasse, des journées en famille. Du coup, lorsque le mois de septembre arrive, il devient un peu le mal aimé : celui qui nous oblige à reprendre le cartable pour retourner au boulot, celui qui replace chacun dans son rythme plus ou moins soutenu. C’est vrai que vu sous cet angle, il ne donne pas très envie.

Et si on voyait ce mois de septembre autrement, en vivant tout simplement les moments présents sans chercher à retourner dans les souvenirs comme « Ah, en juillet (ou en août) c’était mieux parce que… » ou à se projeter trop loin dans le temps comme « Ca y est, on va bientôt passer en heure d’hiver… »

Pour résumer ma pensée, je dirais que c’est nous qui construisons nos saisons dans notre tête.

Moi j’ai choisi le soleil en toutes saisons !

Bonne rentrée à tous

A table!

août

« Qu’est-ce qu’on mange ? » est la question rituelle des enfants lorsqu’il s’agit de passer à table. Pour caricaturer l’épisode ; lorsque la réponse est « Des pâtes ! », la réaction immédiate est « AH ! ». Lorsque la réponse est « Des courgettes ! », la réaction (tout aussi immédiate) est « Oooh »

Analysons un peu la chose : Et si l’on se disait que tout est question d’éducation. En effet, proposer dès le plus jeune âge des plats de légumes variés cuisinés en gratin, en poêlée, en salade, avec des épices, des herbes, crus, cuits. Tout cela peut être très apetissant et ravir nos papilles et nos chers petits.

Lorsque ces goûts sont développés dès le plus jeune âge, la personne mémorise intrinsèquement ce qui lui convient. Parfois, certains adultes n’ont pas ces repères et développe des comportements alimentaires inappropriés.

La luxopuncture accompagnée de conseils personnalisés est un des moyens efficaces pour aider les personnes à trouver (ou retrouver) de bons réflexes alimentaires. N’hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements.

Alerte aux bisous

juillet

Vous avez peut-être déjà fait le constat que l’on inonde nos enfants de bisous lorsqu’ils sont petits. Et puis ils grandissent et les bisous sont moins fréquents. Non pas qu’on les aime moins mais ce n’est pas dans notre culture que de s’embrasser pour montrer notre attachement, peut-être à tort !

Ca fait tellement du bien d’être dans ce contact, de sentir l’autre, de partager notre affection. Souvent un bisou est accompagné d’un petit mot, d’une explication. Il encourage à la discussion.

Bref, je ne vois que des bienfaits au bisou. Sans aucune contre indication, j’affirme qu’on peut user des bisous à volonté.

Gros bisous

Sujet de Bac : Est-il nécessaire d’écouter son corps?

juin

Période du bac oblige, voici une question philosophique : est-il nécessaire d’écouter son corps ?

De ma place de thérapeute manuel, une seule réponse est possible : Il est plus que nécessaire d’écouter son corps qui peut être considérer comme un donneur d’alerte. En effet il peut développer des maladies, des tensions qui viennent traduire un déséquilibre au plus profond de son for intérieur. Les exemples sont nombreux comme l’eczéma, le psoriasis, la pelade, des tics… ou bien, des tensions musculaires qui ne veulent pas s’atténuer…La liste est longue.

Mais quelle est l’origine de ces expressions physiques ?

Vous l’aurez deviné c’est notre cerveau le responsable ou plutôt, notre façon d’appréhender la vie. Plus on se met de pressions, d’impératifs, pour essayer de répondre à ce qu’on pense que la société (parents, amis, conjoint, enfants, patron, collègue…) attend de nous et moins nous agissons sereinement et plus notre cerveau montre son désaccord par le biais de notre corps.

C’est ce qu’on appelle des maladies psychosomatiques.

Pour tenter de répondre à ces maladies, il n’est pas nécessaire, mais impératif, d’écouter son corps ET son état d’esprit.

Mon cabinet est ouvert, si vous souhaitez que l’on échange sur ce sujet avant de rendre votre copie !

 

Bienvenue à la luxopuncture!

mai

Et oui, un nouvel outil vient rejoindre mes mains, les ventouses et le moxa pour apporter un mieux être aux personnes.

Petite explication sur cet outil : La luxopuncture est de l’acupuncture mais sans aiguille qui vient, à l’aide d’un stylet à infra-rouge stimuler des points précis sur l’ensemble du corps.

La luxopuncture vient traiter les troubles du sommeil, de la ménopause, les états de stress, les problèmes de peau tels que l’eczéma, le psoriasis, les problèmes de prise de poids ainsi que la dépendance au tabac.

Le sujet mériterait d’être approfondi, mais faute de place, je dois m’arrêter là.

N’hésitez pas à me contacter si vous voulez que l’on développe, ensemble ce sujet.

PS : la photo jointe est un petit clin d’œil à la ville de Vannes où à eu lieu ma formation de Luxopuncture.

Chasse aux ventouses !

avril

 

Voici une variante de la fameuse chasse aux œufs de Pâques.

Couramment nos grands-parents utilisaient les ventouses pour soigner les bronchites.

Avec le temps, cette pratique a quasiment disparu. Et les ventouses ?

Généralement elles n’ont pas disparu mais se cachent dans nos greniers.

Alors, investissez les greniers comme terrain de chasse, n’hésitez pas à me donner de vos nouvelles si vous trouvez un trésor.

Bonne chasse!

 

Histoire ordinaire d’un tendon

mars

C’est l’histoire d’un tendon qui travaillait beaucoup. Il n’arrêtait pas. Toute la journée, il faisait des gestes puissants, répétitifs. Un jour, il s’est senti vraiment fatigué, mais comme il était courageux, il a poursuivi sa tâche.

Puis le temps passant, la fatigue ne le quittait plus. Il décida d’en informer son patron, en lui demandant une journée de repos. Mais son patron, pris dans les exigences de travail, n’a pas tenu compte de sa requête. Le pauvre tendon a poursuivi tant bien que mal son labeur. Le patron sentait que le tendon était moins productif, il décida de lui donner des médicaments pour le calmer et moins entendre ses plaintes.

Avec ce traitement, le tendon se sentit mieux. Il pouvait retourner à la tâche sans fatigue. Il ne se plaignait plus à son patron.

Au bout d’une semaine, le patron décida d’arrêter les médicaments…Rapidement le tendon ressentit une fatigue intense. Il comprit que son patron ne voulait pas l’entendre alors il décida d’employer les grands moyens : se mettre en grève ! (sous forme de tendinite).

Cet état de grève obligea le patron à réduire son activité et à écouter le tendon dans sa douleur. Il l’emmena voir un thérapeute manuel pour lui apporter la détente nécessaire. Le thérapeute manuel a également expliqué au patron l’importance d’être à l’écoute de ses tendons (entre autres…)

 

Page 1 sur 512345