Une année avec des sourires!

janvier

Pour cette nouvelle année, je nous souhaite à tous d’avoir le plaisir de redécouvrir nos sourires, l’expression de nos visages cachés derrière nos masques.

En effet, ces masques nous font prendre conscience de l’importance du langage non verbal dans la communication : nos mimiques qui nous définissent, nos sourires, notre menton qui se plisse quand on retient nos larmes.

Je vous souhaite une année ponctuée de beaucoup beaucoup de sourires et de rires.

Expériences uniques!

décembre

Nous pouvons partager un évènement commun avec la famille, les amis, un groupe de personnes mais cet évènement sera une expérience unique pour chacun. En effet, on a tous notre propre histoire, notre personnalité qui font que l’on vivra d’une manière particulièrement forte (ou non) un même évènement.

On peut se sentir déçu ou incompris lorsque l’on vit avec beaucoup d’intensité un moment fort en émotions mais difficilement « partageable » avec les autres, où les mots se révèlent creux ou réducteurs face à l’immensité de ce qu’on voudrait partager.

Allons, allons, ce n’est pas grave ! Ce qui est intéressant à savoir est que chacun peut expérimenter au fond de lui des expériences fortes. On a un vrai trésor en nous, à nous de le découvrir !

Nos émotions au travers notre corps

novembre

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Chacun le sait, chacun a pu l’expérimenter.

Lorsque les épreuves douloureuses s’enchainent, on passe par une variété d’émotions : la peur, une très grande tristesse, les angoisses, la colère. Inévitablement notre corps subit ces émotions. Cela se manifeste par des tensions qui apparaissent dans le dos, la nuque, les épaules, problème de digestion…

Au travers de mon travail de thérapeute manuelle, je travaille sur ces tensions. Mais comme vous l’aurez compris, l’échange verbal fait également partie intégrante de mon intervention.

Le fait de mettre des mots sur les maux participe à l’apaisement de la personne dans son intégrité.

Prenez soin de vous 😉

Maintenant

octobre

Les innombrables publicités, les différents médias nous rappellent toujours que nous sommes dans une société de consommation qui anticipe nos éventuelles envies : « Halloween est proche… », « Noël arrive à grands pas… »

Et si ces fêtes n’avaient pas de sens pour nous ? Pourquoi attendre une date dictée par le calendrier pour vivre un moment joyeux, seul ou à plusieurs ?

Et si on se disait que ce moment serait maintenant.

Même s’il pleut, s’il fait gris, le plus important est d’écouter ses envies.

Passez une bonne journée remplie de ce qui vous plait !  

« Youpi »:un mot si simple qui traduit tant de choses…

septembre

Vous connaissez ce sentiment délicieux qu’est « la joie de vivre ». Quand il nous habite tout est beau, le sourire ne quitte plus nos lèvres, on se sent gonflé d’une force intérieure qui ne cherche qu’à exploser tel un arc en ciel pour en faire profiter la terre entière. C’est très poétique tout ça, n’est ce pas?

Mais tout ça pour dire que l’on peut ressentir en soi des émotions, des sensations qui sont tellement subtiles et d’une telle diversité qu’il n’existe pas assez de vocabulaire pour les partager fidèlement en restant au plus juste de ce que l’on vit à l’intérieur.

Mes quelques expériences de méditations, en lien avec ma formation de fasciathérapie, m’ont permis de vivre des expériences nouvelles avec moi-même. Expériences à poursuivre !

A la découverte des fascias…

août

Vous connaissez les fascias ? Non pas encore ?

Les fascias sont des membranes, qui recouvrent l’ensemble du corps, des pieds à la tête, de la couche la plus superficielle de notre enveloppe corporelle à la plus profonde en passant par les viscères, les os.

Les fascias sont reliés entre eux. Ils jouent un rôle essentiel dans les tensions musculaires.

Depuis janvier, je suis une formation sur cette approche du corps par le biais des fascias. Je vois cette approche comme complémentaire à ma pratique. Elle vient enrichir mon toucher.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez que l’on échange plus longuement sur ce sujet.

A bientôt

Tordre le cou au stress!

juin

Pour lui tordre le cou, il faut d’abord l’identifier. Il arrive face à des situations particulières qui peuvent nous paraitre désagréables, incertaines. Il pointe le bout de son nez lorsque l’on vit un changement : déménagement, séparation, deuil, chômage…

Vous avez remarqué tous ces exemples peuvent susciter des émotions diverses comme l’inquiétude, la tristesse, la colère. Et bien le stress, c’est l’amalgame de tout cela dans notre cerveau. On ne voit plus clair. On est « stressé ». Et si on s’asseyait calmement en se disant par exemple : Qu’est ce qui m’inquiète dans ce déménagement ? Qu’est ce qui me rend triste ou en colère ? En ayant cette réflexion, on réussira à identifier la cause. L’étape suivante est l’étape de la solution. Elle permet dans bien des cas de relativiser le « problème ».

Voilà le processus pour tordre le cou à ce fameux stress.

Quelques fois, le cou est très tendu donc difficile à tordre ; des aides extérieures peuvent être judicieuses comme la relaxation, la sophrologie, la méditation…

Ah oui, j’oubliais, le stress a une amie qui s’appelle « angoisse ». Tout un poème…J’en parlerai lors d’un prochain regard.

A bientôt

La réouverture est proche…

mai

Bonjour à tous,

La date du déconfinement prévue le 11 mai approche à grands pas. Le chalet pourra alors rouvrir ses portes et vous accueillir dans les meilleures conditions sanitaires possibles : gel hydroalcoolique, alcool à 70°c pour désinfecter ma table de travail entre chaque patient et port du masque.

Vous pouvez dès aujourd’hui me contacter pour planifier votre prochain rendez-vous.

ps : N’oubliez pas vos masques !

A bientôt

Un grand BONJOUR!

avril

En cette période de confinement, nous voilà éloignés des uns des autres, quelle drôle de situation !

Les discussions avec vous me manquent, soulager vos maux me manque. Mais comme vous le savez j’ai souvent un regard positif sur les situations que la vie nous réserve et là, je me dis qu’être confiné en habitant à la campagne, c’est une moindre punition : nous pouvons chouchouter notre jardin, faire le grand ménage de printemps sans restriction de temps…

Vous savez que notre cerveau est champion pour nous aider à construire des scénarii catastrophes alors domptons le en ouvrant grand les yeux sur les petits bonheurs du quotidien.

Je vous souhaite une bonne journée.

A bientôt

Faire le bon choix !

mars

Dans la vie on est amené à prendre des décisions à faire des choix. Et puis quelques temps plus tard (parfois plusieurs mois voire plusieurs années) on s’aperçoit que l’on s’est trompé, que ce choix ne nous correspond pas. Il n’est pas fidèle à nos valeurs, à notre personnalité, à nos priorités.

On peut appeler cela un choix mal orienté.

On peut être amené à faire ce genre de choix lorsque l’on n’a pas identifié ce qui nous anime profondément. Peut-être que l’on a voulu répondre à l’attente de la société, de notre entourage ou plutôt, à l’idée que l’on se fait de leurs attentes ?

Petit exemple…, une opportunité se présente : un poste d’encadrement se libère au sein de mon entreprise. Mes collègues me disent que ce poste me conviendrait. Je n’y avais pas réfléchi et puis « pourquoi pas ». Je postule, après un entretien de motivation, je suis acceptée. Très rapidement, je me trouve confronter à devoir tenir des positions qui ne me correspondent pas. Je me sens mal à l’aise. Au fil du temps, ce malaise s’installe et prend la forme de sommeil perturbé. La fatigue prend le dessus, elle envahit tout mon corps et mes pensées. Le burn out n’est pas loin.

Un choix mal orienté peut nous conduire à vivre des situations d’extrême souffrance.

Prenez soin de vous, faites les choix qui vous correspondent !