Petit coucou aux ventouses!

juillet

Et oui ! Cela faisait bien longtemps que les ventouses n’avaient pas été mises à l’honneur dans un de mes regards.

Elles peuvent être redoutées par certains, plébiscitées par d’autres…

Cette technique ancienne suscite des appréhensions sur sa pose : ça va brûler ? ça va faire mal ?

Non, ça ne va pas brûler même si on utilise un coton enflammé pour chasser l’air de la ventouse avant sa pose.

Oui, la ventouse aspire la peau donc ça tire, ça pince un peu la peau sur les 2 premières minutes.

Dans les discussions avec mes patients les plus âgés, ils évoquent souvent leur utilisation pour traiter les bronchites. Pour ma part, je trouve que la pose des ventouses est appropriée lorsque les tensions musculaires concernent des zones étendues et génèrent des douleurs intenses.

Leur pose apporte un relâchement global des muscles en question.

Petite précision : je n’utilise les ventouses qu’avec l’approbation de la personne.

Alors ça vous tente ? Pourquoi s’en priver si elles apportent du soulagement ?

Qu’est-ce qui fait « famille »?

juin

Lorsque les enfants sont encore auprès de nous, sous le même toit, la notion de famille nous parait une évidence. On partage les repas ensemble, on échange sur le déroulement de nos journées, on organise les sorties en fonction des envies des uns et des autres. On vit les émotions de chacun au jour le jour.

Au fil des ans, les enfants grandissent, s’émancipent. La maison se vide de cette agitation dynamique. Les discussions évoluent. Et du coup, se pose la question : qu’est ce qui fait famille ?

La réponse est beaucoup moins évidente.

Peut-être qu’une partie de la réponse commence par ; accepter de ne plus être ensemble au quotidien. Accepter que chacun vive sa propre vie. Se dire que, même si on ne se parle pas tous les jours, ce n’est pas pour autant qu’on ne pense pas à sa famille. On continue de s’aimer même si la distance physique est réelle.

Oui mais à un moment donné, c’est bien de s’appeler et de se voir quand même…

Et là, une autre partie de ma réponse apparait : organiser des moments de retrouvailles. Qu’est-ce que c’est bon de se retrouver, de partager ensemble cette envie de se retrouver. Les rires fusent ! La bonne humeur transpire de chacun d’entre nous. Ce sont des moments précieux qui poursuivent la construction de notre famille.

Voilà, aujourd’hui la définition de ma famille. C’est une définition à géométrie variable qui, sans doute, sera différente dans quelques années.

Et pour vous ? Qu’est-ce qui fait famille ?

Savoir s’adapter

mai

Que l’on passe de températures polaires à des températures caniculaires,

Que l’on soit dans un pays étranger avec une autre langue, une nouvelle culture, une autre alimentation,

Que l’on cotoie des personnes très actives, des personnes malades, des personnes égocentrées, des personnes introverties, des personnes enjouées,

Le maître mot est : l’Adaptation.

Etre capable de développer cette aptitude, c’est assurément la garantie de laisser la place à sa créativité, son intuition. C’est être dans cette ouverture aux autres. Rien ne devient compliqué à gérer.

Prendre conscience de cela est essentiel pour soi, même si, ne faisons pas l’autruche, on garde certaines failles qui restent à travailler. 😉

La pêche du printemps!

avril

Oui oui ! Je parle bien de ce nouveau fruit qui arrive dès que le soleil du printemps vient nous réchauffer, dès que la nature se réveille avec ses fleurs, ses panaches de couleurs, ses camaïeux de verts.

C’est la pêche du printemps !

Elle nous redonne beaucoup d’énergie et d’envies : danser, bouger, chanter, sauter, voyager, sortir…

Elle est à consommer sans modération.

PS : J’en ai croqué quelques morceaux et me voilà partie pour quelques jours de congés. Je serais de retour le 15 avril. Ce fruit a des vertus incroyables 😉

Abécédaire de nos émotions

mars

Lors d’un atelier d’écriture, j’ai été amenée, en 15 minutes, à me creuser les méninges pour aller chercher au fond de moi, des mots qui viendraient me parler au travers du thème des émotions sous forme d’Abécédaire.

J’avoue que j’ai habilement détourné l’exercice sur les lettres K Q W X Y et Z comme Ze sais pas 😉

Mises à part ces lettres, j’ai vraiment joué le jeu de laisser transparaitre les émotions qui m’animaient. En relisant ma production, je me suis aperçue que chaque mot trouvé parle de moi, plus que je ne l’aurais cru. Ca m’a fait l’effet d’un ricochet : je produis des mots, ils me surprennent, ils disent des choses que je n’aurais pas osé dire mais ils viennent de moi.

C’est fou comme ça fait du bien. C’est pourquoi je vous invite à tester cet exercice chez vous. Laissez-vous surprendre 😉

Rien à dire…

février

Ca vous est déjà arrivé de dire ou t’entendre :« je n’ai rien à dire ».

Je trouve amusant de décortiquer cette phrase car on pourrait penser que la personne qui énonce ces mots à un cerveau vide, sans opinion, sans émotion. Alors que, justement, cette phrase cache un trésor !

Et quel trésor ? Un trésor d’opinions teinté d’émotions. Petite explication… On peut dire « je n’ai rien à dire » par agacement, avec une colère qui ronronne au fond de nous et que l’on retient. On peut dire également « je n’ai rien à dire » par peur d’exposer ses opinions devant des personnes avec qui on ne partage pas les mêmes points de vue, par peur de ne pas trouver les « bons » arguments pour défendre sa position.

Mais lorsque l’on pose un cadre bienveillant de l’échange comme : «  Vas-y justement, je t’écoute, on en discute… », on peut être surpris d’entendre la personne développer sa pensée, donner des explications à ses réticences, y mettre du cœur, du corps : les mains s’agitent, le corps n’est pas enfoncé au fond d’une chaise, il s’anime.

Après cette longue discussion, d’échanges approfondis, la personne du « je n’ai rien à dire » en ressort, peut-être plus légère comme si les mots, les émotions pèsent lourds lorsqu’ils ne sont pas exprimés.

Voilà, je n’ai plus rien à dire 😉

Feu d’artifice

janvier

Je pense que vous allez trouver ma comparaison osée, mais soyons fou, je me jette à l’eau 😉

Lorsque votre bonne humeur, votre élan de vie transpirent au travers de vos gestes, de vos sourires, de vos rires, je trouve qu’il est important d’avoir conscience de cet impact positif sur votre entourage.

Nous pouvons être comme un feu d’artifice qui fait scintiller les yeux des gens, qui déclenche le sourire, voire un sentiment de légèreté. Peut-être que j’exagère un peu mais, en tout cas, ça provoque une réaction, vous serez d’accord avec moi sur ce point, n’est-ce pas?

Je vous souhaite pour cette nouvelle année, d’être le feu d’artifice de votre entourage ou bien d’accueillir tous les bouquets de couleurs qui se présenteront à vous.

Bonne année à tous 😉

Je rêve de devenir…

décembre

Vous vous êtes déjà dit : « J’aimerai… », « je rêverai de… » ? et puis, de manière un peu blasée, vous vous êtes dit : « de tout façon ça sert à rien, ça ne se réalisera jamais ! »

OK peut-être que votre rêve ne se réalisera peut-être jamais (et encore on ne sait pas ce que la vie nous réserve 😉 ) mais, on s’en fiche.

Ce que je veux vous dire c’est que le principal c’est de rêver, de rêver grand, d’oser se projeter dans des situations que l’on voit comme impossibles. Lorsque l’on construit tout un monde autour de notre rêve, on s’échappe mentalement de notre quotidien. On oublie tout. On laisse vagabonder notre imaginaire. Que ça fait du bien !

Allez-y, tentez l’expérience ! Vivez votre rêve ! Ne soyez pas timide ou modeste, voyez grand ! Une fois que vous pensez avoir construit mentalement tout votre rêve, comment vous vous sentez ? Plutôt joyeux ? Avec le sourire ? ou plutôt frustré ?

Pour ma part, je trouve que ça me fait du bien de rêver 😉

Au fait, on arrive dans la période où tous les rêves sont autorisés, alors lâchez-vous !

Ecoute préventive…

novembre

Très souvent, voire, trop souvent, des patients demandent un soin parce qu’une douleur est apparue de manière lancinante ou aiguë. Leur attente est de ne plus souffrir au plus vite…

Vous comprendrez bien que l’action de mon travail sur les fascias pourra soulager la personne mais l’efficacité sera moindre étant donné l’état de tensions. Il sera, sans doute, nécessaire de prévoir une autre séance.

Alors que… Vous voyez ou je veux en venir… mais il me tenait à cœur de revenir sur ce sujet :

Si vous prenez soin de vous de manière préventive, en venant dénouer les tensions avant qu’une douleur intense s’installe, l’efficacité du soin sera encore plus appréciée,

Si vous ne savez pas déceler les signes de douleurs, afin de venir «à temps »,

Je vous invite à trouver une régularité dans vos soins : une petite révision tous les 3 mois ? 4 mois ? 5 mois ? 6 mois ?

On pourra en discuter lors de votre prochaine visite.  

Le sourire!

octobre

Quelle belle invention que le sourire !

Le sourire a un pouvoir énorme autant sur nos rapports aux autres que sur nous-mêmes.

Une petite explication s’impose…

Je ne vous apprends rien si je vous dis que le sourire est un facteur facilitant pour entrer en contact avec les autres. On est naturellement plus attiré par une personne affichant un large sourire, qu’une personne aux sourcils froncés, la bouche fermée, semblant renfrognée.

Le sourire marque une attitude d’ouverture envers les autres. D’ailleurs, soit dit en passant, lors des rencontres amoureuses, le sourire est de mise 😉

Par contre, je vous apprendrais peut-être quelque chose si je vous dis que porter le sourire est également bénéfique pour soi-même. Essayez, vous verrez ! En effet, sourire nous met dans une attitude positive, comme si cette action ouvrait des portes de légèreté à l’intérieur de notre cerveau.

Vraiment, essayez, vous verrez ! Vous m’en direz des nouvelles 😉